Cyclisme sur route – Femmes

sélection jo 2024 cyclisme route femmes

Victoire Berteau

  • Date de naissance : 16 août 2000. 
  • Lieu de naissance : Lambres-lez-Douai (Nord). 
  • Taille : 169 cm.
  • Poids : 58kg. 
  • Club : VC Laon.
  • Team COFIDIS.
  • Participations antérieures JO :  Tokyo 2020. 
  • Palmarès Jeux Olympiques : 
    • 7ème de la poursuite par équipes .

Palmarès hors-jeux Olympiques

  • 2016 :  Championne de France cadettes sur route. 
  • 2018 :  Championne du monde juniors de l’Américaine (Marie Le Net), Gand-Wevelgem juniors.
  • 2019 : Championne de France de la course aux points. 
  • 2021 : Vice-championne d’Europe de l’Omnium, médaillée de bronze de l’Américaine (Marion Borras) aux championnats d’Europe. 
  • 2022 : Médaillée de bronze sur la course aux points aux championnats d’Europe, médaillée de bronze en poursuite par équipes aux championnats d’Europe, médaillée de bronze en poursuite par équipes aux championnats du Monde. 
  • 2023 : Championne de France de la course aux points, championne de France de l’Américaine (Valentine Fortin), médaillée de bronze en poursuite par équipes aux championnats du Monde, médaillée de bronze de l’Américaine (Clara Copponi) aux championnats du Monde, médaillée de bronze de l’Américaine (Clara Copponi) aux championnats d’Europe, 1ère de la poursuite par équipes au Caire, championne de France sur route. 
  • 2024  : Championne de France de l’Américaine (Valentine Fortin).

Enfant, elle a fait beaucoup de sport. Ses parents étaient agriculteurs. À 6 ans, c’est le vélo déjà. Mais aussi le judo, la danse, la boxe. Elle voulait battre les garçons, et quand ça arrivait elle avait « envie de recommencer. »

Elle devient championne de France cadette sur route et intègre le pôle France Espoirs à Bourges. Adolescente très studieuse, elle voit alors dégringoler ses notes. « On s’entrainait beaucoup, j’avais plus de mal à travailler. » Elle décroche son bac S et expose à sa mère son projet de devenir coureuse professionnelle. Dès la première année elle signe son contrat avec l’armée.

L’entrée à Bourges marque aussi son intégration à l’Équipe de France piste, puis route. Elle participe à ses premières coupes du monde juniors. Sa première année junior est marquée par les blessures : « Deux clavicules et un coude, ça fait beaucoup en une saison. » La seconde la voit remporter Gand-Wevelgem, et devenir championne du monde de l’Américaine avec Marie Le Net.   

Le passage en Élite est rude, elle traverse une période de doute, se cherche personnellement. En 2020 elle se recentre sur la préparation pour les Jeux

Après des débuts difficiles, elle apprend à aimer la poursuite par équipes. Le report des Jeux lui permet de se découvrir au fil des multiples stages de préparation. « En 2 ans j’ai découvert l’Amérique ! » résume-t-elle pour évoquer cette révélation, aux autres et à soi-même. Après les Jeux et la septième place du tournoi, elle signe chez Cofidis, perd du poids et se découvre sur la route

2022 est une saison pleine sur route. Elle exploite son profil de puncheuse. Elle vit désormais à Roulers, en Belgique. Son entourage est stable : Sam Monnerais est son entraîneur depuis l’époque Bourges, Virginie Nicaise sa préparatrice mentale. « Je vis Jeux, je mange Jeux, je parle Jeux, je rêve Jeux. »  

Audrey Cordon-Ragot

  • Date de naissance : 22 septembre 1989. 
  • Lieu de naissance : Pontivy (Morbihan). 
  • Taille : 170 cm  ;
  • Poids : 60kg. 
  • Team Human Power Health.
  • Participations antérieures JO :  Tokyo 2020. 

Palmarès hors-jeux Olympiques

  • 2011 : Championne de France espoirs sur route, championne de France espoirs du contre-la-montre.  
  • 2012 : Coupe de France, Cholet Pays de Loire, Classic Féminine Vienne Poitou-Charentes. 
  • 2013 : Tour de Bretagne, Classic Féminine Vienne Poitou-Charentes. 
  • 2014 : Grand Prix de Plumelec-Morbihan, Classic Féminine Vienne Poitou-Charentes. 
  • 2015 : Championne de France du contre-la-montre, Cholet Pays de Loire. 
  • 2016 :  Championne de France du contre-la-montre. 
  • 2017 :  Championne de France du contre-la-montre, Chrono des Herbiers. 
  • 2018 : Championne de France du contre-la-montre. 
  • 2019 : Tour de Bretagne, Drentse Acht Westerveld. 
  • 2020 : Championne de France sur route, 3ème étape du Tour de l’Ardèche. 
  • 2021 : Championne de France du contre-la-montre. 
  • 2022 : Championne de France sur route, championne de France du contre-la-montre. 
  • 2023 : Championne d’Europe du relais mixte, vice-championne du monde du relais mixte. 

Elle est née « dans une famille modeste du centre-Bretagne, à Pontivy. Je suis venue au vélo parce que mon papa et son frère étaient tous les deux cyclistes amateurs. Mon oncle fut un moment aux portes du professionnalisme. » Le cyclisme est son milieu et, enfant, elle ne cherche pas particulièrement à pratiquer d’autres sport, même si elle est manifestement douée pour la course à pied, et « forte en sport » à l’école. 

Elle a 10 ans quand elle intègre l’école de cyclisme du club de Josselin en tant que benjamine 1, et c’est là qu’elle contracte le virus de la compétition.  

Elle court avec les garçons, sans se poser de question. Une fonceuse. « On me collait un peu l’étiquette de garçon manqué, mais ça me plaisait bien, je la cultivais. J’avais un tempérament de leader : à l’entraînement, c’était moi la chef, même s’il y avait des garçons. ».

En cadette 2, elle participe à son premier stage de détection « Équipe de France » : « Je partais comme à la guerre, j’étais motivée. Les tests ont montré mes aptitudes contre-la-montre, et dans les sprints courts en bosse. C’était plutôt bien vu ! » 

Dès sa première année junior elle se qualifie pour les championnats du monde, à Spa. L’année suivante, en 2007, elle décroche son premier titre de championne de France contre-la-montre. Membre à part entière de l’Équipe de France, elle participe à toutes les compétitions internationales. Dès sa première année espoir, elle intègre l’équipe Vienne-Futuroscope où elle restera 6 ans. « La nouveauté, ça me plaisait beaucoup, ainsi que le contact de filles du meilleur niveau mondial. »

En 2015 ce fut Wiggle-Honda jusqu’en 2018, où elle côtoie les athlètes qu’elle admire, telles Emma Johannson ou Giorgia Bronzini. Le statut professionnel en tant que tel est venu en 2019 avec l’équipe Trek-Segafredo. En 2020, 2021 et 2022, elle est championne de France sur route.

En 2023, elle s’engage en avril auprès de Human Powered Health. Elle est championne d’Europe, puis vice-championne du monde du relais mixte, avec l’Équipe de France. 

Juliette Labous

  • Date de naissance : 4 novembre 1998. 
  • Lieu de naissance : Besançon (Doubs). 
  • Taille : 165 cm  ;
  • Poids : 55kg. 
  • Team Dsm- Firmenich.
  • Participations antérieures JO :  Tokyo 2020.
  • Palmarès Jeux Olympiques :
    • 9ème du contre-la-montre  ;
    • 30ème de la course en ligne. 

Palmarès hors-jeux Olympiques

  • 2014 :  Championne de France cadettes sur route. 
  • 2015 :  Championne de France juniors du contre-la-montre . 
  • 2016 : Championne de France juniors du contre-la-montre , championne de France juniors sur route , Coupe de France juniors, médaille de bronze du contre-la-monte aux championnats du monde juniors, médaille de bronze du contre-la-monte aux championnats d’Europe juniors. 
  • 2017 : 1ère de la 4ème étape du Tour de Féminin (République Tchèque).    
  • 2018 : Championne de France espoirs du contre-la-montre , vice-championne de France du contre-la-montre, vice-championne de France sur route espoirs, 1ère étape du Tour d’Italie (chrono par équipes). 
  • 2019   Médaille d’argent du contre-la-montre aux Jeux Mondiaux militaires.             
  • 2020 : Championne de France du contre-la-montre, championne de France du contre-la-montre espoirs. 
  •  2021 : Vice-championne de France du contre-la-montre, 2ème du Women’s Tour, 6ème de la Flèche Wallonne, 7ème du Tour d’Italie. 
  • 2022 : Tour de Burgos, 7ème étape du Tour d’Italie, vice-championne de France du contre-la-montre, 9ème du Tour d’Italie. 
  •  2023 : Championne d’Europe du contre-la-montre en relais mixte, vice- championne du Monde du contre-la-montre en relais mixte, 2ème du Tour d’Italie. 

Elle a 7 ans quand elle débute en BMX, et court surtout contre les garçons. « Mais, dit-elle, j’étais du genre casse-cou, je n’avais pas peur de grand-chose, je fonçais. » Elle pense avoir gardé de ces années fondatrices une capacité à frotter et se placer dans le peloton. 

A 12 ans, elle pose le BMX pour le VTT. C’est en minimes 2ème année qu’elle se met à la compétition, déclinée en mode route et cyclo-cross. Les succès ne tarderont pas. « Ma caractéristique principale c’est la constance. » 

Dès cadette, elle remporte la coupe et le championnat de France. Elle se découvre aussi un talent de rouleuse. Pour sa première année junior en 2015 , elle devient championne de France contre-la-montre. Et en 2016, remporte les 2 titres, le chrono et la course en ligne. Elle obtient aussi 2 médailles de bronze aux championnats d’Europe et du Monde contre-la-montre. L’équipe Liv-Plantur (devenue depuis lors DSM, puis DSM Firmenich-Post NL) la contacte. Elle intègre donc l’équipe professionnelle dès 2017. 

Dans l’équipe, elle dit apprendre énormément de coureuses qu’elle admire, telles Coryn Rivera ou Lucinda Brand, laquelle l’aidera à réaliser la dimension hautement stratégique du sport cycliste, l’encourageant à ne jamais perdre de vue qu’on peut gagner en n’étant pas forcément la plus forte.

Son talent de rouleuse, sa régularité et d’étonnantes capacités de récupération en font une « cliente » pour les courses par étapes. Membre de l’Armée de Champions, elle décroche aussi la médaille d’argent au chrono des Jeux Mondiaux militaires en 2019. 

En 2020, elle se classe 8ème de Liège-Bastogne-Liège et en 2021, outre une 2ème place sur le Tour de Grande-Bretagne (premier podium en World Tour), elle multiplie les top 10 au plus haut niveau. Lors de la course en ligne des JO de Tokyo elle se classe 30ème, mais après avoir tenté le tout pour le tout. 

2022 est une année faste. En mai elle remporte sa première victoire en WT, le Tour de Burgos. En juillet elle prend une étape d’un Tour d’Italie qu’elle achève à la 9ème place du général, avant de se classer 4ème du nouveau Tour de France Femmes. 

Elle progresse toujours, de plus en plus solide. En 2023, elle est 6ème du Tour des Flandres, 7ème du Tour d’Espagne. Seule Annemiek Van Vleuten la prive de la victoire au Tour d’Italie, qu’elle termine sur la deuxième marche du podium. Elle est cinquième du Tour de France

Sa saison 2024 a bien débuté : 4ème de la Vuelta, 3ème du Tour du Pays Basque où elle a réussi à accrocher quelque temps la roue de Demi Vollering dans les ultimes ascensions, ce dont elle juge qu’elle n’aurait pas été capable jusque-là. De fait, il ne lui manque que ce petit soupçon d’explosivité pour transformer plus souvent l’essai. Elle y travaille.